dimanche 3 juillet 2016

Henry de Graffigny (1863 - 1934)

Cette note concernant la date de la mort d'Henry de Graffigny sur sa fiche Wikipedia m'a interpellé :




Il y aurait donc un doute sur l'année de décès de cet auteur ?
En faisant quelques recherches, on tombe souvent sur la date de 1942. C'est le cas sur Fictionbis :



ou sur Noosfere :



Noosfere précise par ailleurs :"Sa date de décès n'est pas connu avec certitude : 1934 ou 1942."
 Dans son Encyclopédie de l'utopie et de la science-fiction, Pierre Versins donne lui aussi la date de 1942.

D'un autre côté L'Amicale des Amateurs de nids à poussières indique:


 et la BNF:


On se dit que la BNF est une source parfaitement sûre et qu'il n'est pas besoin d'aller plus loin. Que nenni ! J'ai par exemple contacté la BNF à propos d'un ouvrage Le Droit payen et le droit chrétien signé Charles Charpentier: il était attribué à Charles Carpentier (né en 1844) alors qu'il s'agit de son homonyme né en 1818 et mort en 1887, le Charles Carpentier auteur du roman relevant du Lost Race Novel Une Ville souterraine. De la même manière, nous avons relaté l'enquête sur Pierre Adornier (permettant de découvrir sa date de naissance et son patronyme).

Pour ce qui concerne Henry de Graffuigny, cela nécessitait donc une petite enquête afin de déterminer la date exacte car nous avons: 1934, 1936 et 1942.

Enigme vite résolue grâce à la nécrologie parue dans L'Astronomie : revue mensuelle d'astronomie, de météorologie et de physique du globe et bulletin de la Société astronomique de France

Nécrologie. — Nous apprenons avec peine la disparition d'un des derniers survivants des pionniers de notre Société, M. HENRY DE GRAFFIGNY, qui était inscrit membre actif en 1888. H. de Graffigny laisse une œuvre considérable de vulgarisation scientifique sur l'électricité, la mécanique, l'aérostation, etc. Romancier à l'imagination féconde, il ne manquait jamais de présenter l'astronomie sous un côté agréable en prenant comme canevas des aventures imaginaires, et son plus important ouvrage de ce genre, Aventures extraordinaires d'un Savant russe, aujourd'hui presque introuvable complet, avait été préfacé d'une manière élogieuse par Camille Flammarion en novembre 1887.
C'est le seul auteur qui n'arrête pas ses lecteurs à un voyage sur la Lune, mais qui les emporte dans les Planètes et l'Univers sidéral par des moyens évidemment invraisemblables, mais excusables, puisqu'ils servent à adoucir au lecteur le chemin aride des descriptions strictement scientifiques. C'est donc avec juste raison que son nom fut cité à l'une de nos dernières conférences sur l'astronautique car deux de ses derniers ouvrages : Irons-nous dans la Lune et Voyage de cinq Américains dans les Planètes prouvent l'intérêt que cet auteur attachait à ce captivant problème. Ses ascensions en sphérique nous valurent également plusieurs œuvres où les données scientifiques côtoient les envolées de son imagination inépuisable.
Ses œuvres se chiffrent par centaines ; c'était un travailleur acharné et chaque fois que nos pas nous ont conduit vers sa propriété solitaire des environs de Mantes, car H. de Graffigny avait bien voulu nous honorer de son amitié, c'était à sa table de travail que nous le surprenions. Sa conversation était des plus agréables, car il était doué d'une grande mémoire, d'un caractère jeune, alerte, et d'un enthousiasme communicatif. L'Astronomie, et les sciences en général, viennent de perdre avec lui l'un de leurs plus grands animateurs, homme de cœur et de loyauté par surcroît.
A sa veuve et à sa famille nous adressons nos plus sincères condoléances.

 Ch. Boulet, in L'Astronomie : revue mensuelle d'astronomie, de météorologie et de physique du globe et bulletin de la Société astronomique de France, 1934.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire