dimanche 31 mars 2013

Edmond Texier, Les Femmes et la fin du Monde (1877)


texier les femmes et la fin du monde.PNG

Dans son ouvrage Les Femmes et la fin du Monde (1877), Edmond Texier nous donne à lire un cours passage uchronique que je vous livre in extenso: 

 Il n'est pas douteux que, sans la femme, l'humanité manquât de ce sens tout particulier, indéfinissable, indéfini, qu'on peut appeler vaguement le sens du beau. Il demeurerait tou jours au fond de l'âme, à l'état latent, inutile, ignoré, n'ayant aucune occasion de se révéler. Faites une uchronie particulière ; figurez- vous la société humaine soumise, quant à sa reproduction, à des lois plus simples que celles de la Genèse actuelle et privée de ce type primordial, de ce spécimen unique du beau, que la Providence a voulu attacher à la conservation de l'espèce. Le développement de l'esprit masculin se serait produit tout entier dans la direction des appétits matériels, des besoins immédiats ; l'âme serait restée dans le demi-jour des combats quotidiens pour la subsistance : la vie de la brute* supérieure. Elle se serait abîmée à travers le cours des âges, faute de ce rayon sauveur, perçant les ténèbres épaisses. En admettant que l'humanité eût pu vivre et durer au sein d'une atmosphère aussi étouffée, elle concluerait maintenant dans l'abâtardissement définitif d'une civilisation qui serait un simple raffinement de barbarie. (p. 197-198) 

Il est intéressant de voir que cet ouvrage (indispensable à n'en pas douter!) a été publié en 1877 certes vingt après le livre de Charles Renouvier (1857 pour la première édition) mais un an seulement après la seconde édition (révisée) qui a été un plus grand succès et qui a popularisé le mot. Rappelons à ce propos le titre exact du livre de Charles Renouvier qui est à lui seul une véritable définition de l'uchronie: Uchronie (l'utopie dans l'histoire) : esquisse historique apocryphe du développement de la civilisation européenne tel qu'il n'a pas été, tel qu'il aurait pu être...

Source: Gallica

2 commentaires:

  1. Cher Philippe,dans mon exemplaire ce passage figure dans les pages 196-197, est-ce à dire qu'il existe plusieurs éditions de ce texte (certainement sans variante !), pourtant daté comme celui cité, de 1877. L'exemplaire que j'ai sous les yeux comporte (en plus) et en couverture la mention Bibliothèque Contemporaine, qui était une des collections de Calmann Lévy.
    Cordialement, Guy Costes

    RépondreSupprimer
  2. Cher Philippe
    On est jamais assez attentif, je me rends compte après mon post, que l'exemplaire dont je viens de parler est complètement anonyme, avec cependant les même coordonnées, date et éditeur.
    Bien à toi
    Guy

    RépondreSupprimer