mercredi 27 juin 2012

Michel Ragon, La Cité de l'An 2000

Michel Ragon est surtout connu pour son intérêt pour l'histoire sociale et la littérature prolétarienne mais il est aussi un critique d'architecture important. Quand à 50 ans il passe une thèse elle a pour titre La Pratique architecturale et ses idéologies.
Son idéologie le porte vers l'étude des utopies architecturales des XIXe et XXe siècles. En 1965, il fonde le Groupe Internationale d'Architecture Prospective. De son travail naît l'ouvrage La Cité de l'An 2000 (collection Horizon 2000, éditions Casterman, 1968) qui comprend trois parties: la première didactique a pour titre "l'architecture moderne, qu'est-ce que c'est?", la seconde met en avant les dernières avancées de l'architecture "Ce qui se fait de plus révolutionnaire aujourd'hui" et la dernière est prospective "Les Cités de l'An 2000".
De nombreuses affirmations se sont réalisées (moins de paysans, des villes plus grandes, plus hautes,...) mais l'intérêt aujourd'hui est à la fois historique (le livre est une photographie destinée au grand public à un moment de l'histoire de l'architecture) et artistique (le livre est abondamment illustré par des dessins, des projets, des plans,...).
Lire à 50 ans de distance ce livre c'est se plonger dans une sorte d'uchronie multiple rétrospective nous décrivant ce qu'aurait pu être l'An 2000 avec des images telles que celles présentées ci-dessous.

1/ Des villes-cratères par Jean-Louis Chanéac :


2/ La maison de vacances volantes par Guy Rottier (voir son site internet) qui n'est pas sans rappeler l'aéro-home 


3/ La ville spatio-dynamique de Nicolas Schöffer (voir un site internet qui lui est consacré)


4/ Un intérieur d'une "ville taupe" (Jean-Louis Chanéac)


5/ Les sept "tours Eiffel"



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire