mercredi 22 février 2017

Varé, en 2037 (1937)

Le thème du dernier piéton a connu un certain succès au début du XXe siècle. On imaginait que plus personne en marcherait, utilisant des trottoirs roulants, des automobiles, des ballons ou des aéroplanes. Dans Ric et Rac n° 429 daté du 26 mai 1937, le dessinateur Varé nous livre sa vision de l'an 2037 sur ce thème...


A lire:
Markous, Quand on aura oublié de marcher (1909) (lire en ligne)

L’espèce rare des piétons sous le joug d’un nouvel impôt en 1997" publié dans la  Revue du Touring-Club de France (1897) (lire en ligne)

Jean Goudezki, sous le pseudonyme de X. Jeune-Sépaki, Un clou pour l’exposition de 1950, L’homme à pied, in Almanach catholique de Roubaix, 1899 recueilli dans l'anthologie En 1950


Fel, "Les Derniers pas de l'homme", « Temps futurs », publié dans La Tribune de Lausanne, n°285, 14 octobre 1921. (lire en ligne)

samedi 18 février 2017

Charles du Biez, Le Phonographe (1893)

"Le Phonographe" fait partie de ces multiples de ces multiples textes oubliés et qui pourrait passer tout à fait inaperçus. Pourtant il propose une date anticipée (1950 pour une date de publication en 1893) et une utilisation du phonographe pour des usages domestiques qui ont certes eu lieu mais pas dans les conditions décrites dans la nouvelle ce qui présente donc une extrapolation qui mérite d'être retenue.



LE PHONOGRAPHE

à Paul Bourget

M. Besmier est étendu sur son dernier lit, jaune entre quatre cierges jaunes, au milieu des fleurs.
Non loin de lui, anéantie au fond d'un grand fauteuil, sa veuve, une septuagénaire aux cheveux blancs, regarde obstinément le feu qui danse dans la cheminée, et froisse dans ses mains son mouchoir humide de larmes.
Elle a dû être très belle dans son temps, la bonne vieille dame, mais les ans ont passé sur elle, courbant sa taille, déformant la bouche, éteignant les yeux.
Aujourd'hui, — nous sommes en 1950 — elle vient de perdre son époux, M. Besmier, après une lente agonie de vingt années, vient de succomber à ses rhumatismes, à sa goutte, à sa paralysie, pour mieux dire : à la vieillesse. Et, lentement, devant les yeux à demi-fermés de la triste femme, passent et repassent, comme des réalités de chair, les jours heureux passés avec celui qu'elle pleure.
Elle se revoit toute jeune fille, sortant du Sacré-Cœur pour entrer dans la vie mondaine et brillante du noble faubourg. Oh ! le premier hiver dans le monde !... le bal, les soirées, les spectacles... une féerie ininterrompue pendant six mois ! Parmi tous les jeunes gens qui lui faisaient la cour, elle distingua tout de suite Henry Besmier.
A cette époque, Henry Besmier, sorti de l'Ecole normale avec de nombreux succès, commençait à se faire un nom dans le monde des lettres. Arrivé en un temps où les psychologues tenaient le haut du pavé, et où la dissection du « moi » semblait la seule science philosophique, Besmier, lui, s'était rejeté résolument sur la métaphysique : définir les notions d'espace et de temps, trouver la signification vraie de ces mots : mouvement, vie, mort, éternité, telle était l'idée fixe qui revenait douloureusement dans tous ses livres.
Cette préoccupation constante réagissant sur sa vie privée, finit par lui donner une singulière manie : celle d'échapper au temps le plus possible, de fixer pour le plus longtemps possible ses sensations, ses sentiments, ses idées.
Aussi, lorsqu'il eut obtenu la main de la belle Claire de Montfleury, pensa-t-il très sérieusement à éterniser ces heures d'amour qu'il savait devoir être brèves... Et, pour ce faire, il déposa, non loin du lit nuptial, un phonographe d'une extrême sensibilité et d'une précision merveilleuse.
... Pendant une partie de la nuit, l'ingénieux appareil d'Edison fonctionna, enregistrant depuis les timides baisers de bienvenue jusqu'aux plus ardents gémissements d'amour.
Le lendemain, quand le soleil déjà haut, eût réveillé les deux amoureux, Henry montra à Claire l'indiscrète petite machine, et lui dit : « Quand nous serons devenus vieux, nous passerons peut-
être de bien bonnes heures avec ce jouet... »
... La bonne dame, aride et courbée comme un vieux saule, tressaille en se souvenant du phonographe... elle veut l'entendre encore une fois... oh ! oui... quand son cœur devrait se briser, elle l'entendra !
Tout au fond de l'armoire à glace parfumée, dans un riche coffret, gît le précieux instrument... Mme Besmier le prend avec respect dans ses mains tremblottantes, et le contemple longuement. Puis, fermant à clef toutes les portes pour s'isoler entièrement avec ses souvenirs, elle met en mouvement la batterie... le cylindre se meut avec rapidité. Elle se penche alors tout près de lui, et voici qu'elle entend sa propre voix d'il y a cinquante ans, et celle de son vieil époux qui repose là sur ce lit, éternellement silencieux.
Voici les voix qui sortent du phonographe : « Claire ! — Mon bien aimé !... — Seuls ! nous voilà seuls enfin ! pour la première fois vous voilà toute à moi ! — Oh ! Oui ! toute à vous !... — Vous
tremblez... pourquoi ? Vous avez peur de moi ?... Pourquoi tremblez-vous dans mes bras ? — Et vous, mon ami, pourquoi pleurez-vous ?... Quand on a beaucoup aimé, Claire, quand on a très longtemps désiré une belle et pure jeune fille, et qu'on se trouve soudain en possession de son rêve, il semble qu'on aspire plus de bonheur que le cœur n'en peut contenir, et l'on se sent défaillir... Ce soir de noces, cette robe blanche... ces fleurs... l'innocence de ce front, de ces yeux si beaux... Ah ! te voilà enfin ! toi, la douce vision de mes rêves, toi la bien-aimée, toi dans ta jeunesse et dans ta beauté !... Laisse-toi aimer, veux-tu ? Laisse-moi mettre à tes pieds tout ce que je possède de dévouement et de tendresse ! — Relevez-vous, Henry, je vous aime et je vous aimerai toujours !... — Ah! quel mot prononces-tu là! Toujours ?... — Toujours ? »

... La vieille Claire écoute toujours, les yeux fixés sur le mort, la bouche plissée d'un triste sourire. Un nouveau décor se déroule devant elle : elle revoit la chambre nuptiale, le large lit aux rideaux bleus, les tableaux qui ornaient les murs, tout... et même un détail insignifiant : un dessin du tapis qui représentait une corne d'abondance remplie de gerbes et de fleurs.
L'illusion est si forte, que Mme Besmier doute un moment de la durée qui s'est écoulée depuis ce jour... Mais l'impitoyable réalité surnage bientôt tout autour de ses sens, et s'impose à elle malgré l'ironique petit langage du phonographe.
Alors la bonne vieille dame aux cheveux blancs se sent envahie par une mélancolie si pénétrante, l'affreuse ironie des choses transperce son pauvre cœur d'une pointe si acérée, qu'elle tombe avec un gémissement, comme morte, sur le tapis.
Elle est morte avant d'avoir pu se décider à détruire ce dépositaire fidèle de ses plus belles heures d'amour et de jeunesse.
Aujourd'hui, le phonographe est tombé entre les mains d'un héritier, cousin au douzième degré. Celui-ci le conserve avec ses curiosités dans son fumoir. Parfois, lorsqu'il reçoit des amis, et qu 'on est un peu gai, il tire du coffret la petite machine, la remonte...
Et l 'on entend s'élever, toujours jeunes et fraîches, chantant leur éternelle chanson d'amour, les voix des deux bons aïeux qui dorment depuis déjà bien longtemps clans leur tombeau.


Charles du Biez (pseudonyme de Charles Droulers-Pruvost, 1872 – 1945) , « Le phonographe », in Les Enfants du Nord, Paris, volume I, 1893

mercredi 15 février 2017

Phil, "Grande brute..." (1933) (dessin préhistorique)

Dans Ric et Rac, le dessinateur Phil recourt volontiers à l'humour préhistorique comme en témoignent plusieurs de ses dessins.
Phil, "Grande brute...", Ric et Rac daté du 2 décembre 1933

lundi 13 février 2017

G. Labadie -Lagrave, « Voyage en l'an 2003 » (1889)

G. Labadie-Lagrave dans l'article « Voyage en l'an 2003 » traduit des extraits du texte Un viaje a la República Argentina en el año 2003 signé par M. Nilo Maria Fabra et paru dans Ilustracion espanola y americana n° 21 (1889). Il est frappant de constater l'extrême cohérence de l'imaginaire européen concernant le futur prévu. Les lecteurs français d'anticipation ancienne ne seront nullement dépaysagés tant le texte semble inspiré par Albert Robida.

VOYAGE EN L'AN 2003

La plupart des prévisions que Mercier a exposées dans sa description de Paris, en 2440, sont déjà démenties par les événements, en sera-t-il de même du Voyage en 2003 que vient de publier la Ilustracion espanola y americana ?
Nous éviterons de nous prononcer sur ce point de peur de nous exposer aux railleries des curieux qui pendant les premières années du vingt et unième siècle feuilletteront la collection du Figaro. D'ailleurs, il nous importe peu que les fantaisies de M. Nilo Maria Fabra se vérifient plus ou moins dans un délai de cent quatorze années, l'essentiel est qu'elles ne ressemblent pas à tant d'autres prophéties dont l'unique raison d'être est d'annoncer des calamités sans nombre dans un style obscur, déclamatoire et larmoyant. Nous pouvons suivre l'écrivain espagnol dans ses excursions à travers l'ancien et le nouveau monde sans avoir cet écueil à redouter.
- Allô !
- Que voulez-vous, répond par le téléphone l'employé de l'Express hispano-argentin.
- Un billet d'aller et retour de Madrid à Buenos-Ayres. Combien ?
- Quinze cents francs.
- Il me faudrait aussi, une lettre de crédit de vingt mille francs.
- C'est entendu.
- Je vous envoie par le tube pneumatique un chèque sur la Banque et mes bagages.
En moins d'un quart d'heure, le tube pneumatique, qui met les maisons des abonnés en communication avec la gare, m'envoie une médaille de nickel portant la lettre M, avec le numéro 5. Cette médaille représente le prix de la place que j'ai demandée et me donne droit à un crédit de vingt mille francs sur toutes les gares du réseau. L'ascenseur me transporte sur la terrasse qui est au-dessus de ma maison. Je prends le tramway électro-aérien et j'arrive à la station centrale de Madrid, d'où part la ligne hispano-argentine.
Il est à remarquer que dans ces préparatifs de voyage il n'est pas question de fiacre. Les progrès de la mécanique et de l'électricité ont supprimé ce moyen barbare de locomotion. En 2003, les cochers ne sont plus qu'un souvenir historique ; les vieillards racontent que depuis une cinquantaine d'années le dernier représentant de cette corporation est mort d'une grève rentrée.

***

Plus de fumée, plus de trépidations ; un moteur électrique a remplacé la chaudière à vapeur de la locomotive, et le train roule sans secousse sur les rails d'aluminium, qui depuis longtemps ont été préférés aux rails de fer. Les wagons sont en communication permanente avec le réseau universel téléphonique qui sillonne le globe.
Désirez-vous entendre l'opéra qui se joue en ce moment sur le théâtre d'Apollo de Rome ?... Il vous suffit de pousser ce bouton. Aimez-vous mieux vous tenir au courant des dépêches politiques ?
- Un appareil où le phonographe et le téléphone se combinent de la façon la plus ingénieuse emmagasine les nouvelles à mesure qu'elles arrivent. Vous avez sous la main une rangée de touches d'ivoire sur lesquelles sont écrits les noms de toutes les grandes villes de l'univers.
Voulez-vous savoir ce qui se passe à Madrid ? aussitôt une voix légèrement métallique, mais forte et claire, vous répond :
Madrid, 8 heures du soir. - L'Académie espagnole vient d'ouvrir un concours pour récompenser le meilleur discours parlementaire. Le style le plus laconique sera préféré. Les solécismes ne sont pas admis.
Touchez maintenant le bouton voisin qui est en communication avec Paris : 

 Paris, 8 heures 35 du soir. - La Chambre vient de voter un projet de loi qui dispense les députés d'assister aux séances. Les orateurs pourront rester chez eux et prononcer leurs discours en se servant du phonographe parlementaire.
Un appareil spécial sera mis à la disposition des interrupteurs.
Vous êtes prié de ne pas mettre le doigt sur la sonnerie qui donne des nouvelles de l'Angleterre. C'est aux voyageurs atteints d'insomnie que sont réservés les comptes-rendus de la Chambre des lords.
Mais voilà que, par mégarde, vous avez fait jouer le telépho-phonographe d'Autriche. Immédiatement il vous répond :
Vienne, 9 heures 30 du soir. - La question des Balkans... Assez... Assez... Assez...

***

Cependant, la locomotive électrique, roulant à toute électricité, passe sous un tunnel, le détroit de Gibraltar, et traverse le Maroc dont le patriotisme de M. Fabra a fait une province espagnole. Les hommes d'équipe crient : « Dakar, cinq minutes d'arrêt. »
Un coup de sifflet retentit et le train s'engouffre tout entier dans un immense navire sous-marin de soixante mille tonneaux, qui met la tête de ligne du Sénégal en communication avec la station du cap Saint-Roch, sur la côte du Brésil. Cette traversée qui dure deux jours est l'épisode le moins agréable du voyage, car les progrès de la science n'ont pas supprimé le mal de mer.
Une fois sur le continent de l'Amérique du sud, ce n'est plus qu'un jeu de parcourir quelques milliers de kilomètres entre le cap Saint-Roch et Buenos-Ayres, la métropole hispano-américaine qui, d'après le recensement du mois d'avril 2003, compte un peu plus de quatre millions d'habitants.
De toutes les prophéties de la Ilustracion espanola y americana, ce sera peut-être la seule qui se réalisera.

G. Labadie -Lagrave, « Voyage en l'an 2003 »,
in Le Supplément littéraire du Figaro n° 27 daté du 6 juillet 1889


A lire:
Nilo Maria Fabra Un viaje a la República Argentina en el año 2003 (en espagnol)

samedi 11 février 2017

Zano, Dans vingt ans (1927)

Supprimer les crimes passionnels par arme à feu? Telle est l'ambition de cette petite anticipation humoristique parue dans le quotidien Le Matin en 1927. Les illustrations sont de Jacques Touchet pour la première et inconnue pour la deuxième.

Vingt ans après


En l'an 1947, la justice était de plus en plus préoccupée par les drames passionnels qui, chaque jour, dévastaient la France et Paris. Evidemment une tête coupée masculine et une condamnation à perpétuité féminine eussent donne l'exemple, arrêtant cette folie du meurtre laquelle accroissait la mortalité. Mais aucun jury, jusqu'à présent, n'avait osé demander la tête du coupable ou la punition de la coupable.
Les femmes étaient les plus enragées. Pour un oui, pour un non, elles tiraient à bout portant sur leurs maris, leurs fiancés, leurs camarades si bien que les hommes n'avaient plus qu'une crainte être amoureux, et les doux liens du mariage étaient devenus « danger de mort ».
II fallait agir promptement.
Or le jeune ménage Hurlu donnait depuis quelque temps des signes manifestes de mésentente. Ils en étaient à leur deuxième querelle et la statistique judiciaire ayant démontré que les exaltés ne dépassaient jamais la troisième, sans tirer le coup de feu réglementaire, M. Hurlu père, à chaque sonnerie téléphonique, attendait la fatale nouvelle. Remarquez que les sujets de discussion étaient toujours ce que nous nommerions encore de notre époque des enfantillages.
Il n'y était point question d'infidélité ou d'argent lesquels nous paraîtraient à nous, vieux poncifs, de quelque importance.
Non ! ce qui avait motivé la première querelle des Hurlu était un bal costumé. Ensuite, cela avait été l'achat d'un torpédo. Madame voulait disposer les sièges le dos à la route, de manière à conduire à l'envers, à l'aide d'un jeu de glaces ; ceci afin d'éviter la poussière dans la figure. C'était une nouvelle invention, fort habile, mais Robert refusa parce qu'il était laid et ne désirait point le constater durant des kilomètres.
Enfin il ne leur restait plus qu'une scène pour tirer l'un ou l'autre sur l'un ou sur l'autre.
Mais M. Hurlu père était un homme intelligent. Il soumit au gouvernement une idée sur le moyen d'empêcher les gens de sortir leur arme comme une cigarette. Il faut croire que le gouvernement s'y intéressa, car le sourire reparut bientôt sur le visage de M. Hurlu. 
 
Au bout d'une quinzaine de jours, durant lesquels le brave homme ne cessa d'exercer autour de ses enfants une vigilance absolue, les Parisiens furent bien surpris de voir s'ouvrir, dans presque toutes les rues, une minuscule boutique d'armurier où les revolvers les plus gracieux étaient vendus bon marché.
De fait, il y eut encore quelques drames au revolver, puis moins, puis presque plus. Les journaux posèrent la question : Que devient la statistique des crimes passionnels ? La justice répondit qu'elle était réduite de 40 %. Pourtant, les petits armuriers semblaient faire fortune. Leur magasin ne désemplissait pas.
On ne signalait plus aucune mort de ce genre et la natalité, soudain, augmenta de 30 %.
Un lundi; à midi, la troisième discussion éclata chez les Hurlu au sujet d'une maison de campagne sur laquelle la jeune Hurlu refusait une toiture. Elle téléphona à son beau-père avec une voix angoissée :
- Père ! Robert est parti comme un fou... C'est notre troisième discussion... il va me tuer...
- J'accours !... fit Hurlu père, et il s'en alla déjeuner.
Vers 3 heures, pourtant, il arriva au domicile de son fils. Aucun bruit.
Il frappa doucement à la porte de la chambre.
- Entrez ! fit Robert, la voix entrecoupée de sanglots.
- Eh bien s'exclama Hurlu. Que s'est-il donc passé, mes enfants ?
Un charmant tableau s'offrait à ses yeux. Dans un grand fauteuil de cuir, son fils et sa belle-fille pleuraient, tendrement enlacés. Le revolver gisait à terre et Fito, le briard mâchait quelque chose dans un coin.
- Qu'est-ce qu'il mange, votre chien ? demanda Hurlu, pour dire quelque chose. Mais, ma parole, ce sont des balles de revolver !
- Oui, papa ! Elles étaient heureusement en réglisse hurla Robert en sanglotant plus fort, sans cela j'aurais tué celle que j'aime, sans m'en douter, du reste, le moins du monde. Ne le raconte pas, papa, je t'en supplie...
- Personne ne raconte. jamais ces petites histoires, mon fils, car, entre nous, il n'y a pas de quoi s'en vanter. Jugez du nombre de victimes amoncelées par nos crises de nerfs, si le gouvernement n'avait usé de ce subterfuge depuis des mois ! Gâcheurs que vous êtes ! Pensiez-vous que « tuer » pouvait se conjuguer comme les verbes inoffensifs de chaque jour : payer, se marier, gifler, quitter, pardonner ? A paradoxe, quand on tue, c'est pour la vie !
Si l'on avait supprimé toutes les armes, comme je l'avais conseillé d'abord, les êtres se seraient tués autrement. Il fallait leur donner une leçon.
Pour accommoder un ménage moderne, voici la recette « Vous prenez
des époux, vous leur préparez une bonne scène, ensuite, vous leur procurez un revolver et des balles ci « pour rire » l'un des amoureux, lorsqu'il sera sur le point de bouillir, tirera l'autre, sous le coup d'une forte émotion, tombera ; l'assassin, alors, devant son crime, se fera sauter la cervelle. Mais, au bout de quelques minutes, voyant qu'ils ne sont pas morts, les époux s'embrasseront inévitablement ; leur colère sera passée et l'image de la mort ayant redonné à leur vie un goût plus piquant, ne plus s'inquiéter du ménage et laisser refroidir.
Et Hurlu père s'en alla.

Zano, « Vingt ans après », in Le Matin n° 15712, 27 mars 1927

mercredi 8 février 2017

Germanie préhistorique (1938)

Se moquer de ses voisins en utilisant le thème préhistorique, voici ce que propose le dessin qui suit:


"Germanie préhistorique", Ric et Rac n° 466 daté du 9 février 1938